Anton Langhoff

SUCCES

(un jeux d’échec participatif destiné à développer l’intelligence collective et la confiance)


Petit délire personnel, Succès est un échec féerique développé en 2011. Je n'ai encore jamais réussi à faire une partie concrètement. S'il y a des joueurs intéressés, tenez moi au courant.

Succès est un jeu basé sur le plateau d’échec tel que nous le connaissons, 64 cases claires et sombres. Il suit toutes les règles connues de déplacement et d’actions du jeu d’échec et peut s’adapter à toutes les variations connues (blitz, échec féerique, etc..).
Succès se joue de deux à 8 joueurs.
Lorsqu'il y a plus de 2 joueurs, les joueurs jouent alternativement. Ils ne se préoccupent pas des couleurs lorsqu'ils sont en nombre impair. Les pièces du jeu peuvent être toutes de couleurs différentes, mais ne peuvent naturellement pas être unie.

Le principe du jeu est simple. Il est composé d’un jeu de cartes, d'un plateau de jeu et d'une pendule d'échec. Chaque carte représente une disposition de pièces sur l'échiquier. Sur les cartes est inscrit un nombre de tours délimités pour la phase de jeu ainsi qu’un temps imposé pour la phase d’élaboration.

Succes se joue en deux phases.

La phase d’élaboration:
Les différents joueurs décident au départ d’un temps qu’ils s’accordent et qu’ils définissent sur la pendule d’échec (un temps entre 10 secondes et 10 minutes est raisonnable). Ils tirent une carte au hasard dans le jeu. Durant cette période, ils doivent mémoriser la configuration tel qu’elle est dessinée sur la carte et établir une stratégie pour aboutir à cette configuration. Lorsque le temps est écoulé, l’on retourne la carte, face cachée, et le jeu commence.

La phase de jeu:
Toute communication est interdite entre les joueurs. Chacun leur tour, les joueurs ont le droit à un déplacement afin de retrouver la configuration exacte du plateau tel qu’elle était dessinée sur la carte. Si l'un des joueurs à la possibilité de manger une pièce qui n'est pas protégée, il a l'obligation de le faire.
Les joueurs ne peuvent gagner le jeu que s’ils retrouvent la configuration exacte.

Par contre si l’un des joueurs se rend compte que le jeu n’est plus possible et pense qu’il est perdu, il peut tenter un échec et mat. Dans ce cas, le jeu suit son cours, les deux joueurs ont perdu, mais l’un moins que l’autre. En cas de pat, les joueurs ont perdu à égalité.
Si il y a un handicap entre les joueurs, le meilleur joueur, doit nécessairement pousser son partenaire pour atteindre la configuration souhaitée. Il doit donc penser tous ses coups afin de permettre à son partenaire de retrouver la configuration du plateau de jeu recherchée et ne peut tenter de mat.

Première variation du jeu:
Un nombre de tours est inscrit sur la carte en dessous du dessin représentant le plateau de jeu. Les joueurs doivent donc réussir leur partie sans dépasser le nombre de tours accordés.

Variation 1 bis: En cas d’échec de la partie, les joueurs doivent aussi respecter le nombre de tours imposés pour effectuer un mat.

Variation 2: Durant la phase d’élaboration de la stratégie, les joueurs n’ont pas le droit de communiquer.

Variation 3: Les joueurs doivent respecter le temps imposé sur la carte pour la phase d’élaboration

Variation 4: Les joueurs définissent un handicap différent concernant le temps accordé à chacun durant la phase d’élaboration. Un coefficient peut être inscrit sur la carte en fonction.

Variation 5 : Il est possible de doubler les plateaux de jeux afin soit de jouer à plus de 8 joueurs, soit d'augmenter la difficulté. On tirera alors 2 cartes que l'on placera en face de chaque plateau.

Bon Kamoulox à tous.
© Anton Langhoff info@antonlanghoff.com